Metro c’est trop

by Vincent

Ça doit être mon côté provincial, issu d’un patelin de 700 âmes, mais j’aime le métro. C’est sûrement parce que je ne mets les pieds à Paris que quelques fois par an que j’aime ça. J’imagine qu’on peut rapidement en être dégouté, mais pour moi c’est une expérience sociologique passionante.