Fourre-tout photographique

Tag: contraste

Traces


« Et si les hommes n’aimaient pas seulement le bien-être ? Et s’ils aimaient la souffrance exactement autant ? Si la souffrance les intéressait tout autant que le bien-être ? Les hommes l’aiment quelquefois, la souffrance, d’une façon terrible, passionnée, ça aussi, c’est un fait. Ce n’est même plus la peine de se rapporter à l’histoire du monde ; posez-vous la question vous-même si seulement vous êtes un homme et si vous avez un tant soit peu vécu. »

Fiodor Dostoïevski — Les carnets du sous-sol

Film n°87, vue n°2 (2018)

Yashica 12
Ilford HP5+
Développement au Caffenol CH

Gibson ES


Dessin d’après cette photo.
NeoLucida
Papier Canson C à grain.
Crayons HB et 2B.

Seeing the world from inside a box

Du portrait allégorique et syncrétique à base de chambre russe, de sténopé et de café.
A priori il ne manque rien.

Chambre FKD 13×18 cm
Leitmeyr 240 mm @ f/4.5 – 1 flash Elinchrom 600J
Papier Foma RC
Développement au Caffenol CM appliqué au pinceau

Enregistrement

Enregistrement de guitares.
Deuxième pellicule développée au café.
Je reprends goût à l’argentique “classique”, débarrassé de l’odeur des révélateurs chimiques et de la crainte de leur toxicité. Ce couple Yashica / caffenol sera peut être amené à durer. Dans ce cas je le baptiserai “yashicaffenol”.

Yashica 12 – Ilford HP5+ @1600 iso
Développement au Caffenol CL

Sur les berges

Non rencontre géométrique.

Canon 6D + 50mm f/1.4

Canopée

Sous le ciel des nouvelles halles.

Canon 6D + 50mm f/1.4

Peur

Peur à Semur-en-Auxois
(Canon 6D – 50mm f/1,8)

Rome sous-ex

Voilà, attaquons maintenant la partie romaine : un petit avant goût antique en réponse à la version moderne surex couleur.
(Pentax ME – 40mm F/2,8 – Kodak Tri-X)

Rome surex

Un petit coup de diapo surexposée. Une rue au bord du Tibre, peut être bien la Via dei Pettinari, peu importe…
(Yashica 12 – Fuji Velvia 100 périmée)

La suite ?

Voilà à quoi pourrait bien ressembler la suite… (Oui je sais, encore un autoportrait).
Il ne s’agit pour le moment que d’un essai préliminaire, une recherche d’éclairage et de mise en forme, car outre le blog qui se tourne vers la photo de rue, j’ai décidé de photographier mes proches et mes amis, en essayant de me donner une ligne de conduite, une certaine cohérence visuelle. L’idée sur laquelle je suis parti est un triptyque noir et blanc en 6×6 : trois photos associées pour obtenir un panoramique qui intègre l’environnement. Pour l’éclairage, une boule lumineuse que je souhaite mettre dans le champs, pour ne pas mentir sur la mise en lumière “artificielle”, et qui donne ce fameux contraste que j’aime bien, un peu comme une peinture.
Là c’est juste vite fait dans le salon, mais je pense qu’en d’autres lieux ça peut vraiment être intéressant. Ça reste à peaufiner, voir à changer du tout au tout… we’ll see.